Roberto Calasso

 

ROBERTO CALASSO

 

Roberto Calasso est un écrivain italien traduit dans le monde entier ; il dirige les Editions Adelphi, à Milan. Ses essais, d'une très grande érudition, témoignent de sa quête des origines sacrées de la culture humaine. De La Ruine de Kasch (1987), méditation sur la légitimité et les liens de sang, à K. (2005), son livre sur Kafka, en passant par Les Noces de Cadmos et Harmonie (1991), La Littérature et les dieux (2002) et plus récemment La Folie Baudelaire (2011), Roberto Calasso se révèle un penseur inclassable. Son style et ses thèmes de prédilection (le sacrifice, la mythologie, la modernité européenne) le situent à l'intersection de la philosophie, de la science des religions, de l'histoire et du roman.

Roberto Calasso est décédé le Roberto  28 juillet 2021.

 

 

RENÉ GIRARD ET ROBERTO CALASSO
Deux écrivains en dialogue

 


 

René Girard et Roberto Calasso ont mené depuis plus de trente ans un dialogue très riche autour de leurs travaux respectifs qui touchent tous deux aux origines sacrées de la littérature et de la culture en général. La fondation Imitatio a souhaité ainsi rendre hommage à Roberto Calasso, en l'invitant dans le cadre des "Conférences René Girard". Roberto Calasso donna une conférence intitulée "La superstition de la société" à Paris, le 5 juin au Centre Pompidou (Paris), et à Stanford, le 5 novembre 2014.


« La société sécularisée, devenue dominante aujourd’hui, s’attache à étudier des centaines de sociétés du passé, qu’il s’agisse de tribus ou d’empires, qui toutes se sont définies et décrites dans leur relation à quelque chose d’invisible et d’inconnu, parfois habité par des dieux et incluant ce qu’on nomme aujourd’hui la nature. Au contraire, la société sécularisée se définit, se décrit et fonctionne uniquement par rapport à elle-même,puisqu’elle se juge autosuffisante et seule productrice de sens. Les implications et les origines de ce changement seront l’objet de ma conférence. »  (Roberto Calasso)

 

 

HOMMAGE A ROBERTO CALASSO 

par Benoît Chantre 

 

Roberto Calasso nous a quittés le 28 juillet dernier, des suites d’une longue maladie. Sa disparition nous peine à plus d’un titre. Nous ne perdons pas seulement l’auteur d’une œuvre magnifique et un éditeur de génie, mais aussi l’un des plus brillants interlocuteurs de René Girard, qu’il fit traduire chez Adelphi, la maison qu’il dirigeait depuis 1962. Nous avions eu la joie et l’honneur de pouvoir l’inviter à deux reprises à donner une conférence : le 3 mai 2009, sur « La forêt des Brâhmanas » au Collège des Bernardins, dans le cadre de la Chaire René Girard, et le 4 juin 2014, sur « La superstition de la société », au Centre Pompidou, dans le cadre des Conférences René Girard[1]. Nous avons ensuite continué de dialoguer avec ses livres dans deux séminaires organisés avec notre ami Adrian Navigante, de la Fondation Inde-Europe pour de Nouveaux Dialogues : « Perspectives sur le sacrifice » (à Paris, le 19 octobre 2019, et à Zagarollo les 25 et 26 septembre 2020). Silvia d’Intino nous avait alors éclairés sur la profondeur de la méditation engagée par Calasso sur l’Inde védique, mais aussi sur la façon dont il concevait et construisait son « roman des romans ». Sa disparition est une perte terrible, tant les questions qu’il posait à notre modernité en l’enveloppant dans une mémoire immense, celle du lecteur, de l’écrivain et de l’anthropologue qu’il fut, étaient riches de perspectives. Ses livres continueront de nous aider, même si c’est de façon clandestine, comme il le revendiquait lui-même, à penser une sortie de l’« innommable actuel[2] ». 

 

Plutôt que de lui consacrer une nécrologie, ce que d’autres ont déjà fait, je voudrais risquer en son hommage quelques réflexions qui me sont venues à la lecture du livre de John Freccero sur Dante[3], écrit dans le voisinage de René Girard, et des ouvrages de Roberto Calasso lui-même évoquant ce qu’il appelle la « littérature absolue ».

> Lire la suite

 

 

 

 

 

 

 

 

L’émission Océaniques avait filmé en 1990 une rencontre entre les deux écrivains.

(disponible sur le site de l'INA)

 

Extrait (4mn32)

 

 

 

 

Dans le cadre de «la Chaire René Girard» au Collège des Bernardins, l’Association Recherches Mimétiques avait invité Roberto Calasso en 2009 à donner une conférence "La forêt des Brahamas".

 

Extrait (12mn26)

 

 

 
Dernière modification : 20/09/2021