> Recherches mimétiques > Publications
 

Publications *

Cahiers de l'ARM thèses publications récentes Bloc livres
 Cahiers de l'ARM   Thèses  Parutions récentes  Soutenues par l'ARM

 

 
VIENT DE PARAITRE

 

  

La-guerre-qui-ne-peut-pas-avoir-lieu

  La Guerre qui ne peut pas avoir lieu

 

  Jean-Pierre Dupuy

 

aux éditions DDB

 

Nous sommes plus près d'une guerre nucléaire que nous ne l'avons jamais été pendant la Guerre froide, mais la plupart des gens sont aveugles à ce danger. Ils ont appris que les armes nucléaires ne servent qu'à une chose : empêcher que les autres les emploient. C'est ce qu'on appelle la dissuasion. Ils pensent aussi que ces armes sont trop destructrices pour qu'on soit tenté de les utiliser. Telles sont les illusions qui leur permettent de dormir tranquilles.

 

Entre l'été 2017 et janvier 2018, nous avons plusieurs fois frôlé une guerre nucléaire que ses protagonistes, Donald Trump et Kim Jong Un, ne voulaient nullement, pas plus que ne la voulurent Kennedy et Khrouchtchev pendant la crise de Cuba. Les intentions des acteurs comptent en effet très peu. Des « machines apocalyptiques » décident aujourd'hui pour nous, des systèmes de déclenchement semi-automatique où le faux calcul, la mauvaise interprétation ou l'accident jouent un rôle déterminant.

 

On repose donc ici à nouveaux frais la question de l'efficacité et de la moralité de l'arme nucléaire.

 

Jean-Pierre Dupuy est professeur à l'Université Stanford. Il est l'auteur de très nombreux ouvrages, parmi lesquels : L'Enfer des choses. René Girard et la logique de l'économie (avec Paul Dumouchel, 1979) ; La Panique (1991) ; Le Sacrifice et l'envie (1994) ; Pour un catastrophisme éclairé (2002) ; Petite métaphysique des tsunamis (2005) ; La Marque du sacré (2010) ; L'Avenir de l'économie (2012) ou La Jalousie. Une géométrie du désir (2016).

 

>>> VOIR

Enregistrement de la soirée débat du 11 mars 2019, à Vincennes : "Penser l'Apocalypse - autour du livre et de l'oeuvre de Jean-Pierre Dupuy", avec Jean-Pierre Dupuy, Vincent Delecroix et Camille Riquier

 

Emission RFI du 23 janvier 2019 "Facebook, mimétisme et catastrophe"

 

Analyse de Octave Larmagnac Matheron dans Philosophie magazine

 


 

alison Connaitre JésusConnaître Jésus
James Alison
 

François Rosso (Traduction)

aux éditions Artège

 

 Connais-tu Jésus ? As-tu une relation personnelle avec le Christ ? Comment le fait qu'il soit ressuscité change-t-il ta vie ? Ces questions sont sans aucun doute au coeur de toute vie chrétienne. James Alison y répond avec sa clarté et sa pédagogie habituelles. En disciple de René Girard, il renouvelle en profondeur la compréhension du sacrifice du Christ, victime qui pardonne, et montre comment l'expérience pascale peut bouleverser notre existence.


 Afin de favoriser la méditation, l'auteur propose à la fin de chaque chapitre une série de questions. 


James Alison est un prêtre catholique anglais, théologien et écrivain. Il s'est fait connaître par ses travaux sur les applications de la théorie mimétique à la théologie. Il est l'auteur de nombreux ouvrages traduits en différentes langues, dont 12 leçons sur le christianisme paru en 2015 chez Desclée de Brouwer.
 

 


 

Girard Orisni

 

   René Girard

 

  Christine Orsini

 

   aux éditions PUF - collection Que-sais-je ?

 

La pensée de René Girard (1923-2015) repose sur une idée simple en apparence : l’imitation est le propre de l’homme. En tenant pour acquise la nécessité où nous sommes d’imiter pour vivre en société, Girard s’est intéressé exclusivement aux effets pervers et destructeurs de l’imitation quand elle porte sur les désirs : imiter les désirs des autres, c’est entrer avec eux dans des rapports de rivalité et de violence…
En élargissant son champ d’investigation, d’abord littéraire, à l’anthropologie scientifique pour y intégrer la violence et les religions qui l’ont contenue – aux deux sens du verbe –, Girard s’est avancé au-delà du cloisonnement des sciences humaines, vers une véritable science de l’homme.
La singularité de cette science ? Une lecture tout à fait neuve des textes scientifiques, philosophiques, littéraires, religieux, qui, au milieu du désarroi et du scepticisme ambiants, donne du sens aux temps que nous vivons.

 

Agrégée de philosophie et secrétaire générale de   l’Association Recherches mimétiques (ARM),  Christine Orsini a contribué au livre collectif  René Girard et  le problème du mal (Grasset, 1982) et au colloque  de Cerisy « Autour de René Girard  » en 1983. Elle est également l’auteur de La Pensée de René Girard (Retz, 1984).

 


Aux éditions l'Harmattan

Bourdin philosopheRené Girard, philosophe politique malgré lui

René Girard s'est toujours défié de la philosophie. Son anthropologie fondamentale laisse en grande partie le politique de côté. Il n'ignore pourtant pas que les hommes aspirent à la concorde civile et à la paix des nations. Et le rôle central du désir mimétique lors de l'émergence des sociétés modernes, soucieuses d'une égalisation croissante des conditions, l'oblige à produire une philosophie politique originale. Elle met en évidence que l'égalité, loin d'apaiser, est une des causes principales de la rivalité.

 

 

 

 

Bourdin PolitiqueRené Girard, promoteur d'une science des rapports humains

 

Contrairement à l'idée selon laquelle l'égalité rendrait sans objet les convoitises et éliminerait les occasions de conflit, elle les suscite : le paradigme des frères ennemis vaut entre les hommes comme entre les peuples. Une histoire mimétique vient le confirmer. L'anthropologie fondamentale de René Girard se révèle ainsi apte à unifier les disciplines qui prolifèrent dans le champ des humanités pour reposer à nouveaux frais la question majeure du politique : la contention de la violence.

 

 

                           Jean-Marc Bourdin

 

Jean-Marc Bourdin est docteur en philosophie de l'Université Paris 8. Il est également l'auteur du Duchamp révélé et de L'art contemporain à l'épreuve de la théorie mimétique en 2016. Il dirige le" Blog émissaire" de l'ARM.


 

> Lire l'interview de Jean-Marc Bourdin dans le  Blog émissaire  

 


 

 

 

couv penser la foi chretienne

 

 

 Penser la foi chrétienne après         René Girard

 

  Bernard Perret

aux éditions Ad Solem (parution 23 mai 2018).

 

 

 

  L'œuvre de René Girard a remis l'anthropologie religieuse au   goût du jour et a influencé en profondeur d'autres domaines   des sciences humaines et sociales. Son apport à   l'intelligence  de la foi chrétienne est considérable : en   montrant comment la Passion du Christ dévoile les ressorts   de  la violence constitutive des sociétés, Girard a éclairé la   singularité des Evangiles par rapport aux mythes fondateurs   de la culture humaine.

 

   Un nombre croissant de théologiens se sont emparés de sa pensée pour reposer les questions du mal, du sacrifice et de la Rédemption. L'un des bénéfices de cette lecture des Evangiles est de souligner la cohérence entre la prédication du Royaume et la signification des circonstances de la mort de Jésus. Plus largement, elle permet de lire les textes bibliques comme la découverte progressive de la non-violence de Dieu.

 

  Ce livre est d'abord une présentation des enjeux de la pensée de René Girard pour le christianisme et un premier bilan des théologies qui s'en inspirent. L'auteur conduit ensuite une réflexion plus personnelle sur les rapports entre anthropologie et théologie. Il montre comment la théorie de Girard permet de penser les relations entre religion et violence, et il interroge le sens du rituel chrétien dans un contexte de sécularisation. 

 

 

Bernard Perret est essayiste et vice-président de l’ARM. Il a mené une double carrière de haut-fonctionnaire et de chercheur en sciences humaines. Ses travaux touchent des sujets variés : questions économiques et sociales, écologie, anthropologie sociale, christianisme. Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels : L'Economie contre la société (avec Guy Roustang ; 1993 ; réed. 2001) ; La Logique de l'espérance (2006) ; Vers une raison écologique (2011).

 

 

Nous avons posé trois questions à Bernard Perret pour présenter ses recherches en quelques minutes

 

question 1

 

Q 2

 

question 3

 

> Interview de Bernard Perret


Oughourlian Le travailLe travail qui guérit

Jean-Michel Oughourlian

 
aux éditions Plon
 
  Elles sont six, réparties entre Nantes, Le Mans, Tours et Cholet. Six usines où sont fabriqués les systèmes de câblages électriques équipant des voitures haut de gamme. Leur particularité ? Tous les opérateurs (700 sur un effectif de 830 personnes) sont porteurs de handicaps mentaux, trisomie 21, autisme, de schizophrénie, de retards cognitifs importants... Pourtant, ils travaillent tous. Ils ont un salaire, des contraintes ; en somme une vie professionnelle " normale " et un objectif : la réinsertion en milieu " classique " (usine, entrepôt, commerce...). 
   Le psychiatre Jean-Michel Oughourlian s'est immergé dans ces extraordinaires " usines apprenantes " de la Fondation AMIPI-Bernard Vendre. Son constat ? " L'usine réussit là où la psychiatrie a échoué. A l'hôpital, beaucoup parmi ces opérateurs seraient des légumes. Là, ils progressent. " Qu'est-ce que l'intelligence ? Comment le travail manuel peut-il agir sur les neurones et les synapses du cerveau ? Quel rôle tient le mimétisme dans la " normalisation " de ceux que l'on appelle handicapés ? S'appuyant sur des études neurologiques, ce livre est d'abord un récit. 
 L'histoire de celles et ceux qui, comme Bernard Vendre, eurent un jour droit à ce verdict terrible : " Débile il est, débile il restera. " Mais " débiles ", ils ne le sont pas...
 
 
 
Dernière modification : 26/03/2019