René Girard politique, Cités n°53, PUF actu 2 Apports de la théorie mimétique à la psychopathologie, thèse 2012 pour le DES de Psychiatrie de Ludovic Macabeo

Notre troisième cerveau


Jean-Michel Oughourlian


Editions Albin Michel, 2013





Prenez un couple. Depuis quelque temps, cet homme ne regarde plus son épouse qu’avec ennui. Survient un étranger, dont les yeux brillent quand il voit cette femme. En peu le temps, l’ardeur du mari renaît. Hier indifférent, il serait prêt à se battre pour réaffirmer son "amour éternel". Nous ne désirons rien tant que ce que désire l’autre. Pour le meilleur et pour le pire et dès la naissance : notre psyché elle-même est une copie de celle de nos parents ! La découverte des neurones miroirs impose une relecture complète de la psychologie et de la psychiatrie.

Les mêmes zones de mon cerveau sont activées si je fais une action ou si je la regarde faire par un autre. Cette altérité nous constitue. Elle peut être vécue comme un apprentissage par imitation du modèle, ou comme une rivalité, ou comme un obstacle à la réalisation du désir que l’autre m'a suggéré. Modèle, rival ou obstacle sont les trois visages de l'autre. Chacun d’eux peut engendrer une personnalité "normale", ou névrotique, ou psychotique.

Cette approche dessine donc une nouvelle psychologie et une nouvelle psychiatrie. Elle nous impose notamment une nouvelle gestion de l'altérité, fondée sur la "dialectique des trois cerveaux" : le premier, le cerveau cognitif, le second, le cerveau émotionnel, et le troisième, ou "cerveau mimétique", qui est donc celui de l'altérité, de l'empathie, de l'amour comme de la haine. C'est à cette démarche que nous invite Jean-Michel Oughourlian.

La rencontre des neurosciences et de la psychologie mimétique nous ouvre à une nouvelle vision de l’être humain.

Table des matières:

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Introduction. N’y a-t‑il qu’un seul cerveau ? . . . . . . . 19
La réciprocité et le moi-entre-deux . . . . . . . . . . . . 23
La recherche scientifique dans le domaine
de l’imitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
L’imitation et la rivalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

I. POUR UNE ANTHROPOLOGIE MIMÉTIQUE

1. Le désir du même . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
La théorie mimétique de René Girard . . . . . . . . . . 35
Irrésistible désir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
Quelques cas cliniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

2. Les grands précurseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Un précurseur inattendu : Spinoza . . . . . . . . . . . . . 60
Un précurseur inconscient : Freud . . . . . . . . . . . . . 64

3. Les grands contemporains. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Les apports de la psychologie du développement
et de l’école d’Andrew Meltzoff . . . . . . . . . . . . 69
Les neurones miroirs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73


II. POUR UNE PSYCHIATRIE DES TROIS CERVEAUX

1. La psychologie interdividuelle . . . . . . . . . . . . . . . 81
Du fluide de Mesmer à la « mimésis » . . . . . . . . . . 82
Vers une nouvelle métapsychologie. . . . . . . . . . . . 84

2. Le temps psychologique et les points nodaux
N et N’ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Le moi et le temps de la mémoire . . . . . . . . . . . . . 91
Quatre formes d’imitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
Moi est un autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

3. Retour sur les trois cerveaux . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
Le premier cerveau, cognitif et rationnel . . . . . . . . 100
Le deuxième cerveau, émotionnel et affectif . . . . . 103
Le troisième cerveau, mimétique et relationnel . . . 107

4. Les trois possibilités du rapport interdividuel . . . . 113
Modèle, rival ou obstacle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
« Comment » au lieu de « pourquoi ». . . . . . . . . . . 117
Qu’en est-il de l’intelligence collective ? . . . . . . . . 120

5. La nosologie classique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Les psychoses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Les névroses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125


III. ESSAI DE NOSOLOGIE MIMÉTIQUE

1. Les figures de l’autre dans un vécu normal . . . . . . 133
L’autre comme modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
L’autre comme rival . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
L’autre comme obstacle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

2. Les figures de l’autre dans un vécu névrotique . . . 156
L’autre comme modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
L’autre comme rival . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
L’autre comme obstacle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
3. Les figures de l’autre dans un vécu psychotique . . 175
L’autre comme modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
L’autre comme rival . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
L’autre comme obstacle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201

4. Les maladies de l’humeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
Troubles endogènes et exogènes . . . . . . . . . . . . . . 223
Aborder ces troubles par la psychopathologie
mimétique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230

5. Les maladies du désir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
Le sadomasochisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
Le messalinisme et le donjuanisme . . . . . . . . . . . . 240
Impuissance, éjaculation précoce et frigidité . . . . . 247
L’anorexie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
La boulimie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258
Les toxicomanies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
Le terrorisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265


IV. LA DIALECTIQUE DES TROIS CERVEAUX

1. Le mécanisme mimétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
Un conflit « sportif » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277
La « paix des braves » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
L’homme qui n’avait rien et son frère tout. . . . . . . 286
Liaison dangereuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
Une « trahison » salutaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295

En conclusion…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321


 

Retour