Douze leçons sur le Christianisme de James Alison Actualités Ne parlons plus d'union sacrée - Benoît Chantre

L'Idiot de Dostoïevski :

 incarnation romesque, incarnation théâtrale

 

le samedi 14 mars à 17 heures au Théâtre des Déchargeurs

A l’occasion de la mise en scène de « L’Idiot » de Dostoïevski, par la compagnie « Les apprentis de l’invisible », l’ARM a organisé une conférence-débat sur la pièce avec Benoît Chantre (écrivain), David Goldzahl (metteur en scène) et Jérôme Thélot (professeur de littérature Université de Lyon).  

 

Le prince Mychkine revient à Saint-Pétersbourg après une longue convalescence dans un village Suisse. Il franchit la porte des Conférence – débatEpantchine, ses lointains parents, et fait la connaissance de la belle Nastassia Filippovna.

Autour d’elle, Dostoïevski dépeint une humanité aux passions douloureuses. L’argent, le pouvoir, la femme…

 

Enregistrement des débats en ligne

- sur la chaîne YOUTUBE de l'ARM 

 

- ou en suivant les liens Débat partie 1, partie 2 , partie 3, partie 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie:

Mensonge romantique et vérité romanesque de Réné Girard

Critique dans un souterrain de René Girard

L'idiot de Dostoïevski de Jérome Thélot

 

Note d'intention de David Goldzahl

Les personnages de Dostoïevski paraissent échapper à toute analyse psychologique. Ils semblent détenir un secret mystérieux, motif caché de leurs actions incompréhensibles, et garant d’une liberté qui nous échappe. Si nous croyons à ce secret, nous pouvons envier leur vie passionnée.

Mais si nous renonçons aux illusions des personnages pour accéder à l’objectivité du roman pris dans son ensemble, nous découvrons que ce que nous avions pris pour la liberté n’était que l‘agitation désespérée de ceux qu’asservissent les désirs.

Dostoïevski a assisté à l’émergence brutale du capitalisme dans une Russie encore presque médiévale. Au milieu de ces bouleversements, il a étudié maillon par maillon toute la chaîne des rapports humains. Des conflits entre individus jusqu’à son organisation globale, il a décrit une société qui est encore la nôtre, et où, partout, il a vu la prolifération du désir.

Notre compagnie fonde son travail sur l’étude de ces textes qui nous aident à comprendre ce que nous sommes. En portant L’Idiot au théâtre, nous voulons rendre sensibles les mécanismes qui animent ces personnages. Loin d’être des étrangers, ils sont l’un des miroirs les plus fidèles où nous pouvons nous regarder et nous comprendre.

 

 

Analyse des personnages

- Sur Nastassia : http://lesapprentisdelinvisible.fr/nastassia-ce-brillant-objet-du-desir/

 

-Sur la violence sacrificielle : http://lesapprentisdelinvisible.fr/violence-sacrificielle-en-milieu-petit-bourgeois/

 - Sur la forme du désir des personnages :  http://lesapprentisdelinvisible.fr/les-personnages-malades-du-desir/

 

 - Sur Rogojine :  http://lesapprentisdelinvisible.fr/lidiot-pourquoi-rogojine-tue-t-il-la-femme-quil-aime/

 

 - Sur Gania : http://lesapprentisdelinvisible.fr/actualites-2/le-vrai-visage-de-gania/

 

 - Et sur le Prince (christique, tel qu'il apparait dans la première partie) :

 http://lesapprentisdelinvisible.fr/enquete-sur-letre-2-le-prince-le-bien-et-letre/ 

 

 - Sur Ferdychtchenko

http://lesapprentisdelinvisible.fr/la-honte-contagieuse/

 

 

Retour