Politique

 

Introduction :

 

On pourrait dire de René Girard qu’il est un philosophe politique malgré lui. S’il laisse transparaître des analyses politiques dans plusieurs de ses livres d’entretien, notamment Achever Clausewitz, il s’estime étranger à la philosophie et affirme que « nous sommes entrés dans une période où l’anthropologie va devenir un outil plus pertinent que les sciences politiques ». Pourtant sa « médiation interne » est fortement corrélée à « l’égalité des conditions » de Tocqueville et « la guerre de tous contre tous » de Hobbes est apparentée à la « crise d’indifférenciation » mimétique.

 

Quoi qu’il en soit, en aspirant à contribuer à « une science des rapports humains », René Girard apporte à la philosophie politique plusieurs éléments de réflexion notables, par exemple : un processus morphogénétique qui fait dériver toutes les institutions, y compris la royauté sacrée, le système judiciaire ou la souveraineté, des meurtres fondateurs qui ont jalonné l’hominisation ; une remise en cause de l’idéalisme philosophique qui voit dans l’égalité juridique et la justice sociale les conditions de la concorde alors qu’elles sont aussi des facteurs aggravants des rivalités ; un travail de conceptualisation important sur les notions, essentielles pour le politique, de différence, indifférenciation, identité, appartenance et réciprocité ; la conviction d’une nécessité pour la philosophie de s’appuyer sur l’anthropologie en pensant les rapports humains à partir de la violence dans laquelle il sont toujours près de sombrer. Pour finir, le concept girardien séminal de « désir mimétique » éclaire d’un jour nouveau la citoyenneté des individus et la souveraineté des États en ce qu’elles semblent, l’une comme l’autre, répondre à leur revendication d’une égale puissance d’être.

 

Quelques ouvrages et textes de René Girard :

1985, La route antique des hommes pervers, Paris, Grasset

1990, Shakespeare, les feux de l’envie, traduction de l’anglais de Bernard Vincent, Paris, Grasset

1994, Quand ces choses commenceront, entretiens avec Michel Treguer, Paris, Arléa

1999, Je vois Satan tomber comme l’éclair, Paris, Grasset

2001, Celui par qui le scandale arrive, entretiens avec Maria Stella Barberi, Paris, Desclée de Brouwer

2001, « Ce qui se passe aujourd’hui est une rivalité mimétique dans un escalier planétaire », interview de René Girard par Henri Tincq publiée dans Le Monde, 6 novembre 2001.

2004, Les origines de la culture, entretiens avec Pierpaolo Antonello et João Cezar de Castro Rocha, Paris, Desclée de Brouwer

2007, Achever Clausewitz, entretiens avec Benoît Chantre, Paris, Carnets Nord ; édition utilisée, Paris, Flammarion, 2011

2007, Le sacrifice, Paris, Bibliothèque nationale

2007, « La pensée apocalyptique après le 11 Septembre : entretien avec René Girard », entretien avec Robert Doran Traduit de l’anglais par Caroline Vial, révisé par Sabine de Beaugrenier, pour la traduction française in Revue des Bernardins, 2011

2008, “Stendhal and Tocqueville” in Mimesis & Theory, Essays on Literature and Criticism 1953-2005, Stanford University Press, Stanford, California

 

Quelques auteurs

 

Paul Dumouchel, actuellement professeur de philosophie à l’université Ritsumeikan à Tokyo, a publié dès 1978 « L’ambivalence de la rareté », un des deux essais qui constituent L’enfer des choses. En 2011, avec Le sacrifice inutile, il analyse une situation observée à de multiples reprises au XXe siècle : un État, détenteur de la violence légitime dans le but de protéger sa population, se retourne contre une partie d’entre elle. Il a réuni en outre en 2015 l’ensemble de ses essais à portée politique sous le titre The Ambivalence of Scarcity and Other Essays.

 

Jean-Pierre Dupuy, actuellement professeur à Stanford, a publié dès 1978, « Le signe et l’envie », un des deux essais qui constituent L’enfer des choses. Philosophe et économiste, il s’est intéressé à la philosophie politique libérale anglo-saxonneen quête de justice sociale du XVIIIe siècle à nos jours qu’il a soumise à une critique girardienne dans Le sacrifice et l’envie. Depuis 2001, ses recherches portent sur les multiples facettes de ce qu’il théorise sous le terme de « catastrophisme éclairé ».

 

Wolfgang Palaver, professeur à l’université d’Innsbrück a consacré sa thèse de doctorat à l’analyse de la pensée de Hobbes à la lumière de la théorie mimétique. Elle a été publiée en allemand en 1991. Il a depuis, seul ou dans le cadre d’ouvrages collectifs, publié plusieurs essais en anglais.

 

 

Bibliographie philosophie politique 

 

BarberiMarie-Stella (éd.), La Spirale mimétique. Dix-huit leçons sur René Girard, Desclée de Brouwer, 2001.

 

Carnevalli, Barbara, 2011, Romantisme et Reconnaissance. Figures de la conscience chez Rousseau, Paris, Droz

Deguy, Michel et J.-P. Dupuy, Jean-Pierre (éd.), 2002, René Girard et le problème du mal, Paris, Grasset

P. Dumouchel, Paul,

(éd.), 1985, Violence et vérité : Autour de René Girard, colloque de Cerisy, Grasset, Paris

(éd.), 2001, Comprendre pour agir. Violence, victimes et vengeance, Paris, L’Harmattan,

2003, « La religion comme problème politique », Revue du MAUSS, 2003/2 no 22, p. 236-247. DOI : 10.3917/rdm.022.0236

2011, Le Sacrifice inutile : essai sur la violence politique, Flammarion, Paris,

2014, The Ambivalence of Scarcity and Other Essays, Michigan State University Press, East Lansing

Dupuy, Jean-Pierre,

1992, Le Sacrifice et l’envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy

​Deguy, Michel et J.-P. Dupuy, Jean-Pierre (éd.), 2002, René Girard et le problème du mal, Paris, Grasset

2002, Avions-nous oublié le mal ? Penser le politique après le 11 septembre, Bayard, Paris

2002b, Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Seuil

2005, Petite métaphysique des tsunamis, Paris, Seuil

2008, La Marque du sacré, Carnets Nord, Paris

2012, L’Avenir de l’économie. Sortir de l’économystification, Paris, Flammarion,

 

Gans, Eric, 2012, The Girardian Origins of Generative Anthropology, Format Kindle

Gardner, Stephen, 1998, Myths of Freedom: Equality, Modern Thought, and Philosophical Radicalism, Wesport, Connecticut, Greenwood Press

Lagarde, François, 1994, René Girard ou la christianisation des sciences humaines, New York, Peter Lang

Larmore, Charles, 2004, Les pratiques du moi, Paris, PUF

 

Manent, Pierre,

1974, « René Girard, la violence et le sacré », in Contrepoint ° 14, juin 1974.

 

Orsini, Christine, 1986, La Pensée de René Girard, Paris, Retz

Palaver, Wolfgang,

1991, Politik und Religion bei Thomas Hobbes: Eine Kritik aus der Sicht der Theorie René Girards, Tyrollia,

2013,René Girard’s Mimetic Theory, Michigan State University Press, 

Palaver, Wolfgang et Petra Steinmair-Pösel (ed.), 2005, Passions in Economics, Politic, and the Media, in Discussion with Christian Theology, Wien, Lit Verlag

Ramond, Charles,

2009, Le vocabulaire de René Girard, deuxième édition, Paris, Ellipses

(éd.), 2010, La théorie mimétique : de l’apprentissage à l’apocalypse, Paris, PUF

 

Sloterdijk, Peter, 2008, Théorie des après-guerres, traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, Paris, Libella - Maren Sell éditions

 

Tarditi Claudio, 2004, « Manque d'être, désir et liberté : pour une comparaison entre Jean-Paul Sartre et René Girard », Le philosophoire, 2004/2 n° 23, p. 238-251. DOI : 10.3917/phoir.023.0238

 

Vinolo, Stéphane,

2006, René Girard : du mimétisme à l’hominisation, la violence différante, Paris, L’Harmattan,

2007, René Girard : épistémologie du sacré, Paris, L’Harmattan

 

 

 


 

 

 

 
Dernière modification : 20/03/2017